samedi 1 novembre 2014

Les ordinateurs sont inutiles. Ils ne savent donner que des réponses.

"Les ordinateurs sont inutiles. Ils ne savent donner que des réponses." Cette citation de Picasso décédé en 1973 est-elle toujours discutable aujourd'hui ? Il faudrait la rapprocher d'un autre trait du même génie qui prétendait ne pas chercher mais trouver. Alors oui, je suis d'accord avec lui dans la mesure où la machine informatique n'a que peu évolué depuis 70 ans qu'elle existe. Toujours la même logique binaire, les mêmes 0 et 1 d'origine juste empilés à plus grande échelle et traduits de plus en plus vite. Mais aucune imagination là-dedans, on reste très loin des récits d'anticipation qui nous promettent l'asservissement de l'homme par la machine même si la crise financière que nous subissons depuis 2008 est largement due d'après moi à l'ultra vitesse des calculateurs de salles de marchés qui a largement dépassé la capacité de choix raisonné des traders les plus intelligents. Même si le numérique semble être la source essentielle du développement actuel. Alors j'attends la VRAIE prochaine génération d'ordinateurs qui introduira une nuance, qui pourra détecter un état entre le 0 et le 1, entre le blanc et le noir. Un ordinateur quantique, enfin, qui sera capable de nous montrer la voie puisqu'il semble de plus en plus probable que nous soyons bien seuls dans l'univers, qu'aucune conscience, qu'aucun modèle extraterrestre ne nous aidera à nous organiser différemment. Une machine qui puisse trouver, tel Pablo, sans qu'aucune question lui soit posée, qu'aucun programme humain et donc imparfait ne lui soit imposé.
Enregistrer un commentaire
Ce blog a été créé pour partager une vision de l'informatique de demain et des enjeux économiques et sociologiques de l'accès universel à l'information.
"Le pouvoir au peuple", cette utopie révolutionnaire mise à mal par l'effondrement des systèmes collectivistes et par les limites aperçues aujourd'hui au sein même des régimes dits modernes, Etats-Unis en tête, reprend un peu de couleurs grâce à Internet.
Churchill a encore raison, la démocratie est le pire des systèmes mais on n'a pas trouvé mieux... Le modèle Internet, poussé à son extrème, est le seul capable aujourd'hui de lui donner tort.
Voyons donc comment cela pourrait se passer dans les années à venir...