samedi 11 février 2017

Quel avenir informatique ?

Résultat de recherche d'images pour "futur informatique"La vente de PC dégringole pour la première fois de sa courte histoire, le marché des smartphones sature, celui des tablettes résiste un peu tandis que les objets connectés ne se vendent pas vraiment à la hauteur de ce que tous attendaient, Apple en tête avec sa montre trop chère qui fait pschitt. Alors vers quoi allons-nous ? Sur quels leviers l'industrie du numérique pourra-t-elle compter dans un avenir plus ou moins proche ? Elle peut d'ores et déjà se reposer sur les data centers, bien sûr, le tout Cloud et le SaaS, le Web 3.0 et bientôt 4.0 qui aspirent peu à peu les ressources locales par la double montée en puissance de la vitesse des connexions réseaux et de la maturité enfin reconnue de la virtualisation. HP et Microsoft l'ont bien compris en proposant déjà des offres complètes et diverses de bureaux à distance et de machines hébergées. Le DaaS (Device as a Service) existe bien aujourd'hui, alternative crédible à l'achat de matériels lourds et difficiles à maintenir avec la garantie d'une continuité d'activité, et non plus d'une reprise plus ou moins longue, en cas de moindre panne ou d'attaque virale. À moyen terme, on peut penser que le relai sera pris par l'intelligence artificielle qui promet de tels bouleversements de productivité qu'il serait bon de s'y préparer dès aujourd'hui au risque de voir le marché du travail une fois de plus peiner pour s'y adapter. Enfin, d'ici une ou deux décennies, ne doutons pas que l'ordinateur quantique nous permettra d'envisager d'autres voies, économiques, politiques et scientifiques, capables de nous éloigner de nos vieux réflexes grégaires, capitalistes et conservateurs.
Enregistrer un commentaire
Ce blog a été créé pour partager une vision de l'informatique de demain et des enjeux économiques et sociologiques de l'accès universel à l'information.
"Le pouvoir au peuple", cette utopie révolutionnaire mise à mal par l'effondrement des systèmes collectivistes et par les limites aperçues aujourd'hui au sein même des régimes dits modernes, Etats-Unis en tête, reprend un peu de couleurs grâce à Internet.
Churchill a encore raison, la démocratie est le pire des systèmes mais on n'a pas trouvé mieux... Le modèle Internet, poussé à son extrème, est le seul capable aujourd'hui de lui donner tort.
Voyons donc comment cela pourrait se passer dans les années à venir...